Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique

Vous êtes ici :

Pollution par les particules dans l’air ambiant : recommandations pour protéger la santé

Rapport  (5600 ko)

Synthèse  (1099 ko)

Date du document : 13/04/2012

Date de mise en ligne : 25/04/2012

Autres documents portant sur

Environnement Air ambiant Particule PM10 PM2.5 Polluant Pollution Prévention Qualité de l'air Seuil
Partager

La pollution atmosphérique comprend les particules de taille inférieure ou égale à 10 µm (PM10) et à 2,5 µm (PM2,5). Leur impact sur la santé à court et à long termes est reconnu. La réglementation française définit des seuils journaliers d’information (50 µg/m³) et d’alerte (80 µg/m³) pour les PM10. Une directive européenne prescrit également des valeurs à ne pas dépasser sur la journée ou l’année.

S’appuyant sur l’état des connaissances des effets des particules sur la santé à partir des publications les plus récentes et sur une évaluation d’impact sanitaire de différents scénarios de diminution de la pollution particulaire en France, le HCSP recommande les valeurs suivantes:

  • objectifs de qualité de l’air (moyenne annuelle) : 15 µg/m³ pour les PM2,5 ; 25 µg/m³ pour les PM10 ;
  • seuils d’information (moyenne journalière) : 30 µg/m³ pour les PM2,5 ; 50 µg/m³ pour les PM10 ;
  • seuils d’alerte (moyenne journalière) : 50 µg/m³ pour les PM2.5 ; 80 µg/m³ pour les PM10 ;

Le HCSP souligne qu’une politique centrée sur la gestion des « pics » a peu d’impact sur l’exposition au long cours de la population et que la priorité doit être donnée à la réduction des expositions chroniques.

Il propose diverses améliorations des procédures, outils et circuits d’information actuels et formule les messages sanitaires destinés respectivement aux personnes vulnérables et à l’ensemble de la population, selon les concentrations des particules dans l’air.

Le HCSP recommande une représentation des niveaux des particules mesurés au cours des 365 derniers jours au moyen d’une « chronique des dépassements des seuils journaliers », donnant une bonne lisibilité publique de la qualité de l’air dans une agglomération et permettant des comparaisons dans le temps et entre villes. Il rappelle que la communication sur la qualité de l’air et sur les efforts visant à la garantir doit être régulière, l’occurrence des « pics » journaliers devant être considérée comme l’opportunité de réactiver la vigilance pour l’atteinte de cet objectif. Dès que les outils de modélisation le permettront, des procédures devraient être mises en œuvre pour informer les populations résidant dans les zones les plus exposées à des sources locales de pollution.

Cette étude répond à une saisine conjointe de la Direction générale de la santé (ministère en charge de la Santé) et de la Direction générale de l’énergie et du climat (ministère en charge de l’Environnement).

Read it in english.

Veuillez patienter quelques instants...