Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique

Vous êtes ici :

Personnes traitées par Soliris® : recommandations relatives à la vaccination et à l’antibioprophylaxie

Avis  (201 ko)

Date du document : 09/11/2012

Date de mise en ligne : 27/01/2013

Autres documents portant sur

Vaccination Antibioprophylaxie Infection invasive à méningocoque Méningite Recommandation Soliris®
Partager

Le Soliris® (éculizumab) a obtenu en 2007 une Autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne pour le traitement des patients adultes atteints d’hémoglobinurie paroxystique nocturne (HPN). Fin 2011, une extension d’indication de cette AMM a été accordée au traitement des adultes et enfants atteints de syndrome hémolytique et urémique atypique (SHUa). Chez les patients traités par cette molécule, des mesures de prévention des infections invasives à méningocoque (IIM) sont nécessaires. Du fait de l’extension d’AMM, le Haut Conseil de la santé publique a été saisi afin de mettre à jour les recommandations relatives à la vaccination anti-méningococcique et à l’antibioprophylaxie pour ces patients.

Le HCSP confirme les données de son avis du 12 juillet 2012 relatif aux indications du vaccin quadrivalent méningococcique A,C,Y,W135 conjugué, qui le recommandait aux personnes traitées par eculizumab (Soliris®). Cette vaccination doit être effectuée selon les AMM respectives des deux vaccins tétravalents conjugués disponibles (à partir de l’âge de 1 an pour le Nimenrix®, de 2 ans pour le Menveo®).

Il juge qu’aucun élément ne remet en cause aujourd’hui, ni l’intérêt, ni le rationnel des choix antibiotiques (pénicilline V, macrolides en cas d’allergie) et que ces antibiotiques doivent continuer à être préconisés chez l’adulte et sont maintenant à préconiser chez l’enfant. Il recommande un traitement antibiotique prophylactique pendant toute la durée du traitement par Soliris® qui devra être poursuivi jusqu’à 60 jours après l’arrêt de celui-ci.

Dans tous les cas, les patients sous traitement par Soliris® doivent être informés des bénéfices et des risques liés à ce traitement, des signes et symptômes d’infection à méningocoque, ainsi que de la conduite à tenir pour obtenir une prise en charge immédiate. En cas de suspicion d’infection, une antibiothérapie appropriée doit être instaurée.

Lire aussi : Avis relatif à l’utilisation du vaccin méningococcique conjugué tétravalent A,C,Y,W135 NIMENRIX® et à la place respective des vaccins méningococciques tétravalents conjugués et non conjugués du 12 juillet 2012

Veuillez patienter quelques instants...