Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique

Vous êtes ici :

Infections invasives à pneumocoque : recommandations vaccinales pour les personnes à risque

Avis  (325 ko)

Date du document : 25/04/2013

Date de mise en ligne : 17/06/2013

Autres documents portant sur

Vaccination Adulte Enfant Immunodépression Infection à pneumocoque Personne âgée Personne immunodéprimée Pneumonie Recommandation
Partager

Le pneumocoque est la première cause de pneumonie bactérienne communautaire. Le risque d’infections invasives à pneumocoque (IIP) et de pneumonies est élevé chez les personnes immunodéprimées, les personnes âgées et les malades atteints de pathologies favorisant la survenue ou aggravant le pronostic de ces infections. Des recommandations de vaccination existent déjà pour des personnes à risque âgées de plus de 5 ans, ainsi que pour des enfants de 2 à 5 ans. Par ailleurs, le vaccin pneumococcique polyosidique conjugué comportant 13 sérotypes (VPC 13), pratiqué jusqu’à présent de manière universelle chez le nourrisson avant 2 ans, a obtenu récemment son autorisation de mise sur le marché (AMM) chez les adultes de plus de 50 ans et chez les enfants de 2 à 17 ans révolus.

Le HCSP propose une liste commune de personnes éligibles à la vaccination contre le pneumocoque pour les enfants de plus de 2 ans, les adolescents et les adultes. Elle distingue les personnes immunodéprimées ou atteintes de syndrome néphrotique, et les personnes non immunodéprimées porteuses d’une maladie sous-jacente prédisposant à la survenue d’IIP.

Le HCSP précise les recommandations vaccinales pour les enfants de 2 à 5 ans, à risque élevé d’IIP et appartenant à cette liste commune.

Il émet des recommandations pour les personnes de 5 ans et plus appartenant à cette liste. Le vaccin pneumococcique conjugué est recommandé en première intention chez les personnes immunodéprimées, atteintes de syndrome néphrotique ou de brèche ostéoméningée ou porteuses d’un implant cochléaire. Le vaccin polyosidique non conjugué est recommandé dans les autres cas.

Le HCSP indique qu’il n’existe pas actuellement de données permettant de recommander la pratique de revaccinations ultérieures.

Veuillez patienter quelques instants...