Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique
Haut Conseil de la santé publique

Vous êtes ici :

Avis relatif au traitement post-exposition de la rage

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) actualise les recommandations de prophylaxie post-exposition (PPE) en raison de l’évolution de l’épidémiologie de la rage en France. Le point est fait sur la situation de la rage animale en France et sur sa surveillance vétérinaire : la qualité de cette surveillance permet d’affirmer que la France est indemne de rage chez les mammifères non-volants (les chauves-souris sont toujours des réservoirs sur le territoire métropolitain). L’obtention et le maintien de ce statut reposent sur une vigilance constante et sur la mise en œuvre du diagnostic de rage chez les animaux suspects.

Aussi, en cas de morsure ou griffure par un chien ou chat sur l’ensemble du territoire français -à l’exception de la Guyane- le risque rabique peut être considéré comme négligeable (sauf si forte suspicion d’animal importé), et l’administration d’une PPE n’est pas recommandée. Cependant, cette PPE est indispensable en cas d’exposition à une chauve-souris ou à un animal importé.

La situation étant bien différente dans de nombreux pays hors de l’Union Européenne, chez les voyageurs, toute exposition au risque rabique par un animal susceptible de transmettre le virus de la rage survenue dans une zone d’endémie rabique justifie une PPE. De même, en Guyane, l’administration d’une PPE est recommandée dans ces situations.

Il est important de développer l’information des voyageurs sur les mesures de prévention et la conduite à tenir en cas de morsure dans ces pays d’endémie.

Lire aussi dans les avis et rapports :

Veuillez patienter quelques instants...