Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique
Haut Conseil de la santé publique

Vous êtes ici :

Covid-19 : recommandations thérapeutiques antagonistes des IL1 et IL6

Après une analyse de la littérature et l’audition de spécialistes en maladies infectieuses et réanimation prenant en charge des malades atteints de formes graves de Covid-19, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) met à jour les recommandations relatives à la prescription des antagonistes des récepteurs des IL1 et IL6 dans le traitement du Covid-19.

Le HCSP recommande s’agissant du tocilizumab :

dans toutes les situations :

  • de poursuivre la démarche d’évaluation en privilégiant très fortement l’inclusion des patients dans les études cliniques randomisées existantes prévoyant un suivi prolongé jusqu’à J60 au minimum ;
  • de réaliser de nouveaux essais ou d’adapter les essais existants pour identifier les populations cibles du traitement par tocilizumab et les conditions dans lesquelles son utilisation pourrait être bénéfique ;
  • de ne pas utiliser le tocilizumab de manière systématique ;
  • de ne pas utiliser le tocilizumab en cas de co-infection bactérienne ou fongique prouvée ou suspectée et/ou chez les malades fortement immunodéprimés ;
  • de ne pas prescrire le tocilizumab en ambulatoire ;
  • de ne pas prescrire de deuxième dose.

En unité de médecine :

  • de conditionner l’utilisation du tocilizumab à une décision collégiale comportant l’évaluation du rapport bénéfice/risque de son utilisation uniquement chez les patients nécessitant une oxygénothérapie à haut débit et ayant un état inflammatoire marqué (CRP ? 75 mg/L) et en absence d’amélioration après 48 h de SOC (Standard of care) incluant la dexaméthasone (ou corticoïde équivalent).

En unité de soins critiques (réanimation, unité de soins intensifs : USI) :

  • de ne pas utiliser le tocilizumab chez les patients sous ventilation mécanique invasive ;
  • de conditionner l’utilisation du tocilizumab à une décision collégiale comportant l’évaluation du rapport bénéfice/risque de son utilisation chez les patients nécessitant une oxygénothérapie à haut débit ou une ventilation non invasive, en absence d’amélioration après 48 h de SOC incluant la dexaméthasone (ou corticoïde équivalent), dans un délai maximal de 72 heures après l’admission en réanimation.

S’agissant du sarilumab et de l’anakinra : de n’utiliser ni le sarilumab ni l’anakinra quelle que soit la situation.

Ce document actualise :

Lire aussi dans les avis et rapports :

Veuillez patienter quelques instants...