Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique

Vous êtes ici :

Conduite à tenir autour d’un cas de poliomyélite ou lors de la détection de poliovirus

Depuis 1988, l’OMS a développé en plusieurs étapes un plan mondial d’éradication de la poliomyélite comprenant des programmes de vaccination, une surveillance clinique et environnementale, un plan de confinement des poliovirus et la certification des laboratoires habilités à détenir ces virus. En 2019, les poliovirus sauvages 2 et 3 ont été éradiqués et seuls 3 pays restent endémiques vis-à-vis de la poliomyélite de type 1. Des épidémies limitées de poliomyélite liées à des virus dérivant de souches vaccinales ont été observées.

En France, la couverture vaccinale chez les jeunes enfants est supérieure à 90% ; la surveillance de la poliomyélite repose sur la déclaration obligatoire des cas et une surveillance renforcée des entérovirus dans la population.

Après un rappel des définitions de cas et des personnes exposées, le HCSP précise les conduites à tenir dans différentes situations : devant un cas suspect cliniquement, vis-à-vis de l’entourage d’un cas suspect, devant un cas confirmé, lors de l’isolement d’un poliovirus en laboratoire ainsi que devant une rupture de confinement dans un laboratoire habilité.

Le HCSP ne recommande pas de surveillance environnementale pour l’ensemble du territoire mais une surveillance ciblée limitée à l’environnement des laboratoires producteurs de vaccins.

Les questions relatives aux vaccins poliovirus et à la vaccination contre la poliomyélite ont fait l’objet d’un avis parallèle de la HAS.

Lire aussi :

Veuillez patienter quelques instants...