Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique

Vous êtes ici :

Sécurisation des dons de sang, cellules, tissus et organes en période de circulation active du SARS-CoV-2

Le 11 mars, l’Organisation mondiale de la santé déclarait la pandémie de COVID-19. La France est désormais au stade 3 de l’épidémie. Dans ce contexte, la sécurisation des produits du corps humain constitue une priorité. Concernant les produits sanguins labiles (PSL), il s’agit d’assurer la sécurité pour le receveur, le donneur et le personnel de collecte tout en maintenant l’approvisionnement assurant l’autosuffisance en PSL.

Tenant compte, à la suite de l’OMS et de l’ECDC, d’une analyse évaluant le risque de transmission transfusionnelle du SARS-CoV-2 comme purement théorique, d’un traitement inactivant le virus pour les plaquettes et d’une sécurisation du plasma par quarantaine, le HCSP recommande au stade 3 de l’épidémie d’exclure des dons de sang, pendant 28 jours, les personnes ayant été au contact d’un cas de COVID-19, et celles ayant présenté la maladie ainsi que de renforcer l’information pré- et post-don.

Il n’est pas indiqué de rechercher le virus par diagnostic génomique viral, mesure irréalisable en pratique.

S’agissant des greffes d’organes et de tissus, le HCSP recommande de rechercher le SARS-CoV-2 par RT-PCR sur prélèvement rhino-pharyngé pour tout donneur vivant. Lorsque le donneur est décédé, la conduite à tenir est fonction de la disponibilité des résultats des tests avant la greffe ; en l’absence de disponibilité de ces résultats, seuls les organes vitaux (cœur, foie) peuvent être greffés, le receveur devant être informé de cette situation.

Deux avis ont été émis par le HCSP : un avis du 7 février modifié le 24 février 2020, ainsi qu’un avis du 14 mars adaptant les recommandations à la situation épidémiologique.

Lire aussi :

Read in english

Veuillez patienter quelques instants...