Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique
Haut Conseil de la santé publique

Vous êtes ici :

Liste des pays à risque de transmission du virus West Nile (WNV) pour les dons de produits du corps humain

Au début de la période d’activité vectorielle le 1er juin de chaque année, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) actualise la liste des pays ou des régions considérés à risque de transmission du virus West Nile (WNV) pour les dons de produits issus du corps humain. Cette actualisation repose sur les connaissances épidémiologiques et les signalements de cas rapportés au cours des trois dernières années. Les principaux arguments qui ont prévalu dans l’établissement de cette liste pour la saison 2021 sont :

  • une faible circulation de ce virus en 2020 tant en France que dans les autres pays habituellement concernés ;
  • le niveau de la surveillance entomologique, vétérinaire (cas équins) et humaine  dans chaque pays ;
  • l’analyse bénéfices/risques au regard de l’intensité des échanges de population entre la France et les pays concernés par rapport aux stocks de produits sanguins labiles disponibles.

Un nouveau critère de retrait de la liste des pays à risque pour 2021 a également été introduit pour les pays ayant présenté moins de 10 cas humains d’infection par WNV par an, et ce sur une seule année durant les trois dernières années (c’est-à-dire sans aucun cas déclaré au cours des deux autres années).

Le HCSP renouvelle par ailleurs ses préconisations en distinguant les alertes à l’étranger de celles survenant en France, et le type de produits issus du corps humain : produits sanguins labiles versus organes, tissus et cellules.

Cet avis a enfin permis de prendre en compte le premier cas humain d’infection à WNV documenté à Mayotte et rapporté le 25 mai 2021, sans qu’il soit recommandé de mesure spécifique pour le don de sang puisqu’aucune collecte de sang n’a lieu à Mayotte et que les voyageurs de retour de ce territoire sont exclus transitoirement du don de sang en raison du risque endémique de paludisme. Pour les potentiels dons d’organes, de tissus ou de cellules, les mêmes mesures que celles préconisées en cas de circulation virale en France métropolitaine sont recommandées, à savoir des tests virologiques chez le donneur associant diagnostic du génome viral et sérologie.

Ce document actualise :

Lire aussi dans les avis et rapports :

Read in english:

Veuillez patienter quelques instants...