Une expertise pluridisciplinaire au service de la santé publique

Vous êtes ici :

Avis et rapport sur l’évaluation in itinere du Plan national de santé publique

Les conclusions de la première année de l’évaluation in itinere soulignent que l’intitulé « Priorité prévention » devrait remplacer l’intitulé « PNSP », devenir une signature et que ses engagements devraient se poursuivre au-delà de 2022.

Le positionnement de « Priorité prévention » devrait être clarifié et formalisé par rapport aux autres plans, mesures et actions en santé. Son enrichissement par de nouvelles mesures est une plus-value à formaliser, en particulier pour les mesures phares. Il faudrait intégrer la prévention dans la gestion de crises sanitaires. La gouvernance interministérielle et le portage par le Premier ministre sont déterminants. Elaborer une stratégie de communication sur « Priorité Prévention », et consolider sa coordination au niveau régional en intersectoriel est nécessaire, tout comme créer un répertoire national de l’ensemble des mesures et actions mises en œuvre.

Il n’y a pas d’indicateurs de mesure d’impact des actions de « Priorité Prévention » qui dépend des indicateurs de la SNS, d’où la nécessité de proposer autant d’indicateurs que nécessaire pour évaluer les impacts. Déterminer un seuil minimum de personnes à toucher parmi la population cible permettra de garantir l’efficacité de chaque mesure. La santé des enfants et des jeunes et la santé des plus de 65 ans constituent des objectifs ambitieux dont la mise en œuvre et les indicateurs d’évaluation sont limités.

Une culture commune de la prévention et de la promotion de la santé reste à construire pour éviter les contributions en silo et privilégier une approche concertée.

Lire aussi :

Veuillez patienter quelques instants...